Escale à Vestuste

 

 

 

Les nouveaux Porteurs font connaissance avec leurs Armes. Messager, la dague que porte Filips, prétend avoir vu dans l’avenir la chute de l’Empire. Depuis plusieurs siècles déjà, lui et ses trois compagnons tentent de construire la voie du sud, celle par laquelle devront passer toutes les ressources précieuses, et notamment les épices, lorsque Pôle ne sera plus qu’une ombre.

Mais les Armes ont également leurs aspirations personnelles. Messager cherche un groupe de combattants qu’il nomme les « Arpenteurs », Constance traque un monstre à neuf bras, Sambre est encore discret sur ses objectifs alors qu’Okpala souhaite devenir un seigneur du crime et du vice envié et respecté le long de la future voie.

Mais le temps des présentations ne peut durer. Déjà, les vétérans de De Plane et Sybille sont sur leurs traces. L’hysnaton rougeâtre Porteur de Crâne est avec eux. Quelques soins sont administrés à la va vite au bras amputé de Filips et aux blessures de Saarl puis, pieds à terre et bride à la main, ils repartent tous les quatre à travers l’épaisseur poisseuse de la forêt.

En route, ils manquent de tomber sur un autre groupe. Cette fois, il s’agit de mercenaires du « fer de lance ». Ils les traquent c’est certain, même s’il est encore difficile de savoir si c’est pour les Armes de Pomélius ou pour leur désertion. Dans tous les cas, il faut quitter le bois au plus vite.

Après une courte nuit, voilà nos quatre Porteur dans les plaines de l’est. Les Armes cherchent un certain Malik Usouf. Ce cartographe était l’assistant de l’Architecte et il doit certainement savoir où l’on peut le trouver. Avant que les Armes ne soient capturées par Pomélius, il habitait dans un village du nom de Vestust, dans ces plaines.

http://p3.storage.canalblog.com/35/86/501653/97597292_o.jpg

La situation est préoccupante. La fuite a épuisé tout le monde, deux d’entre eux sont blessés et ces maudites pleines les laissent complétement à découvert. Gamato aperçoit un marchand Alweg menant sa maigre caravane. Il lui demande le chemin de la bourgade et le paie grassement pour qu’il oublie leur rencontre. 

Ils arrivent à Vestust le soir même et découvrent que le village est occupé par les vorozions. La bourgade est tombée entre les mains de ce jeune officier prétentieux de l'Hégémone, comme le village qu’ils ont attaqué l’avant-veille avec le « fer de lance » et les dérigions. L’accueil est glacial. Cinq villageois sont crucifiés sur les devantures des maisons et, après enquête, ils apprennent qu’il s’agit de représailles suite au meurtre d’un officier. Chaque matin, un villageois au hasard est capturé et cloué sur une façade et ce jusqu’à ce que le coupable soit arrêté. Pas de bol, ce coupable est Malik Usouf.

https://s-media-cache-ak0.pinimg.com/736x/57/af/06/57af069111b79277939ed7363838fd8d.jpg

Gamato et Aleyus passent chez le forgeron pour revendre leur matériel inutile ou détruit et pour acheter de quoi se protéger. Aleyus passe commande pour un bras qui permettra de diminuer le handicap de Filips.

Pendant ce temps, Filips, justement, ne perd pas de temps, il essaie de repérer la maison abandonnée de Malik Usouf. Il la repère ainsi que le soldat vorozion qui la surveille. Visiblement, la sentinelle est agacée d’attendre depuis cinq jours pour rien face à la bicoque et pique souvent du nez. Pourtant, l’hysnaton n’a pas envie de prendre de risque et, dans le silence le plus complet, vient poignarder l’homme qui s’attendait à recevoir son repas.

Gamato se place dans une grange, avec une vue un peu dégagée afin de surveiller les activités de son camarade. Saarl et Aleyus, eux, se placent dans la rue.

Filips allume une chandelle et commence à fouiller la pièce. Il trouve un sac de jute qui a l’air bien neuf au milieu de la poussière qui recouvre les meubles de cet endroit. La maison semble abandonnée depuis bien plus de cinq jours mais le sac et les victuailles qu’il contient sont là depuis aujourd’hui seulement.

https://s-media-cache-ak0.pinimg.com/736x/4c/aa/7e/4caa7e11d9f5f35dc2160d86fb4867a9.jpg

Gamato intercepte l’homme qui devait livrer le repas de la sentinelle et prend son sac de jute. Inutile de révéler trop tôt la présence du cadavre. Le sac de jute est le même que celui que Filips a trouvé dans la maison et tous deux semblent venir de la taverne. L’enquête devrait pourvoir avancer. Malheureusement son regard tombe sur un soldat vorozion en train de… présenter ses respects à une bergère presque consentante et décide de venir se présenter lui aussi. Le vorozion n’est pas très heureux de partager son instant de détente avec un étranger mais c’est un étranger Porteur donc…. ça ira pour cette fois.

Dans la rue, des soldats en patrouille voient la lueur de la chandelle et se précipitent vers la maison, découvrant ainsi le cadavre de leur camarade. Alors qu’ils commencent à défoncer la porte, Filips utilise le pouvoir de bond de son Arme et se propulse trois rue plus loin.

Pour faire diversion, Saarl utilise Constance pour enflammer une grange ce qui occupe rapidement la population locale.

Il entend ensuite une discussion entre soldats. Visiblement, les Porteurs ont été repérés, notamment Aleyus et Gamato dont le statut de Porteur est difficilement dissimulable. Se regroupant à l’auberge, ils décident de camoufler leurs Armes afin de gagner en discrétion. Sur place, Gamato retrouve la jeune bergère qu’il a…. rencontrée dans les foins et lui demande ainsi qu’au tavernier s’ils savent quelque chose à propos de ce Malik Usouf.

Visiblement, la jeune femme a des réponses à donner mais elle semble terrorisée par Gamato. Un Porteur si gentil qui n’a fait que lui donner de la tendresse et qui l’a à peine frappée…

Mais alors que ses camarades vont dormir dans le dortoir, Gamato insiste et fracasse la porte de derrière, sous la menace, il apprend du patron que le livreur de rations place un sac de nourriture pour Malik Usouf dans l’ancienne maison de son père et que la jeune bergère va le chercher pour amener le sac à sa planque. Il n’y aura qu’à suivre la jeune femme.

Pour s’assurer de la coopération du tavernier, Gamato paie une tournée générale. L’homme, plus que ravis, ordonne à la jeune fille de se montrer coopérative. Que les voisins se fassent crucifier est une chose, mais qu’on bon client soit mécontent en est une autre !

Dès le lendemain, les opérations sont lancées et voilà nos quatre Porteurs en route pour la colline. Après plusieurs heures de marche, ils arrivent en vue d’une cabane en ruine faite de bois et de torchis. Gamato et son Arme ne repèrent rien d’anormal (Dommaaaaaaaaage !) et ils entrent tous dans la maisonnette.

https://s-media-cache-ak0.pinimg.com/736x/6b/e8/69/6be869a99cb015b1c34ecac1ffc9f3bc.jpg

A l’intérieur se trouve un homme en train de cuisiner qui se présente sous le nom de Malik Usouf. Les Armes s’emportent. Elles sont formelles, il ne s’agit pas de Malik Usouf ! Le ton monte et l’homme sent sa dernière arrivée quand il explique que son père s’appelait aussi Malik Usouf et qu’il était aussi cartographe. Le jeune Malik a repris l’affaire du vieux. Le malentendu écarté, il leur explique que l’Architecte, de son vrai nom Wahid Rajali, se trouve à Tehen. La discussion prend soudainement fin quand la jeune bergère reçoit trois flèches en pleine poitrine et Malik une quatrième dans la main. La cabane commence à brûler. Dehors, une troupe de quinze vorozions se met en formation devant l’officier. Visiblement, ils ont été donnés ou simplement suivis. Gamato tente une ruse en brandissant Usouf comme preuve de leur collaboration. Mais le malheureux cartographe est criblé de flèches à son tour.

https://s-media-cache-ak0.pinimg.com/736x/1b/5b/8e/1b5b8edf3aa88d698a6d054c320abbf7.jpg

Saarl envoie une boule de feu dans le tas pendant qu’Aleyus tire avec son arbalète. Filips gratte frénétiquement le fond de la cabane pour fuir avec panache mais c’est Gamato qui finit le travail d’un coup de cimeterre-Dieu. Aussitôt Filips fuit en bondissant dans le vide. Il va tenter de prendre le groupe à revers mais hors de question qu’il risque sa peau, il est trop mal en point et son Arme serait trop heureuse de prendre un Porteur en meilleure forme. Là-haut, le combat fait rage et l’hysnaton reçoit des morceaux de cadavres calcinés par Constance-Saarl.

Gamato, qui a senti l’édifice branlant, décide carrément de retourner la cabane sur le groupe d’assaillant. Aleyus et Saarl n’en demandaient pas tant pour faire un carnage. Gamato les rejoint et met ses dernières forces dans le combat avant de s’effondrer, épuisé.

Finalement, le groupe de vorozions est taillé en pièces et les rares survivants prennent la fuite. Aleyus récupère les cartes de leur « hôte » et le groupe, portant un Gamato qui bave le regard dans le vide, reprend la route.

A pied.